Camping-car neuf
Camping-car

Nous avons acheté un camping-car neuf en France !

Si vous avez lu mes précédents articles dans la rubrique « voyager autrement », vous aurez compris que vivre une vie « classique » n’est pas encore dans mes projets d’avenir. Avec mon compagnon, nous souhaitons voyager, découvrir le monde et vivre des expériences uniques où le quotidien n’est pratiquement jamais le même. Nous avions expérimenté ça de manière complète en Australie lors de notre voyage de 6 mois à travers le pays. Et franchement, ça a été la révélation. 

Camping-car vanlife van
Nos 6 mois en Australie se sont faits à bord de ce petit van aménagé !

Une vie de voyages, de découvertes, de journées différentes et épanouissantes. C’est ce dont nous avons besoin pour le moment. Mais ce n’est pas tout. Nous voulons axé notre quotidien sur un mode de vie alternatif également pour des questions écologiques et de bien-être. 

C’est un besoin de liberté, d’empreinte écologique moins importante par soucis pour la planète. C’est un besoin de minimalisme, de se délester du superflu. 

Et le mode de vie alternatif, qui correspond le plus à tous ces besoins et envies que je viens de citer, est – selon nous et pour le moment – dans le genre vanlife.

Alors oui, après avoir lu le titre, vous allez me dire : « oui mais vanlife correspond à une vie dans un van, un fourgon et non pas dans un camping-car neuf ». Ce n’est pas faux si l’on prend littéralement l’expression. Mais j’aime à penser que ce terme de vanlife peut englober une vision plus élargie de cette vie de nomade sur roues. Nous pouvons nous retrouver dans ce terme car, selon moi, il se rattache davantage à une vie dans un véhicule aménagé (quel que soit le type), plutôt nomade et surtout minimaliste. 

Comme je viens de vous le dire, nous avons expérimenter en 2018-2019, quelques mois dans un van en Australie. C’était vraiment un van. Genre un vrai van minuscule (un Mitsubishi express). Toutefois avant ça, nous avions déjà eu deux camping-cars, mais pour le coup, des modèles d’occasion plus ou moins vieux. Et l’été dernier nous sommes partis au Portugal pour acheter et aménager un fourgon afin d’y vivre dedans. Mais nous y avons assez vite renoncé.

Enfin bref. Cette nouvelle étape dans notre vie qui consiste à emménager dans un camping-car n’est pas un saut dans l’inconnu. Quoique… 

L’article d’aujourd’hui est donc consacré à notre décision d’emménager dans un camping-car et notre choix d’acheter du neuf.

Achat d’un camping-car : notre expérience

Avant de me lancer dans le vif du sujet, je voulais vous partager les raisons de notre passage d’un fourgon aménagé par nos soins à un camping-car

L’une des premières choses qui nous a fait changer pour un camping-car est l’espace intérieur. Il faut savoir que nous avions un fourgon Ford Transit L2H3. Du coup l’espace était très clairement inadapté pour nous. Un camping-car, même petit, offre un confort non négligeable à ce niveau-là. 

Le deuxième point qui nous a décidé est le fait qu’un camping-car neuf est bien construit. Avec notre fourgon aménagé, nous avons eu énormément de soucis avec les infiltrations d’eau et l’isolation n’était pas adaptée ni suffisante pour la Suisse. 

Comme nous avons prévu de vivre de manière sédentaire durant une bonne année (le temps que je fasse mon Master à l’université), il nous fallait un véhicule où nous nous sentions bien dedans. Mais nous allons de suite en reparler.

Le choix du véhicule

Après de nombreuses recherches mais surtout de nombreuses visites dans les différents salons du camping-car en Europe, nous avons craqué pour la marque Benimar ! Marque espagnole encore peu connue par chez nous, Benimar propose un bon nombre de camping-cars. Parmi les nombreuses gammes, nous avons découvert celle qui s’appelle Tessoro. Ce sont des profilés à la meilleure relation qualité-prix de la collection Benimar. 

camping-car vanlife

Cette gamme réunissait vraiment tout ce que nous cherchions ! 

Pourquoi un Benimar Tessoro 481 ? 

Il existe 13 modèles différents dans la gamme Tessoro, mais nous avons eu un gros coup de cœur pour le Tessoro 481 ! Pourquoi lui ?

Non seulement pour sa longueur de 5m99, mais également pour sa fonctionnalité et son agencement intérieur ! Il est tellement bien conçu qu’on dit de lui qu’il offre un « espace de vie d’un modèle de 7.40m » ! Le Tessoro 481 est le camping-car le plus court de la marque et c’est ce dont nous recherchions. 

Camping-car vanlife van
Benimar Tessoro 481

Nous avions aimé l’idée des fourgons aménagés surtout pour leur longueur. C’est notamment pour ça nous avions pris un L2H3 mais après y avoir vécu un moment dedans, nous le trouvions quand même trop petit. C’est pourquoi nous sommes revenus à un camping-car, mais il ne le fallait pas trop long. Six mètres c’était parfait ! 

Et comme je viens de vous le dire, l’agencement intérieur fait qu’on a l’impression d’être dans un véhicule bien plus grand

Ce qui rend possible cette impression est le lit pavillon électrique situé au-dessus du séjour/salon. Durant la journée le lit est au plafond donc il ne prend pas du tout de la place, ce qui permet au salon/séjour d’être d’une taille impressionnante pour un six mètres. 

La cuisine est, elle aussi, très grande – en « L ». Très fonctionnelle, elle nous a conquis parce qu’elle diffère largement des minuscules cuisines que l’on peut trouver dans des camping-cars classiques. Ses rangements sont impressionnants !

Et finalement l’exceptionnel agencement intérieur est couronné par une salle de bain digne des plus grands ! (Ahah non mais regardez-moi comme j’essaie de vous vendre ce véhicule… 😛 Pour de vrai c’est vraiment une pépite !). La douche séparée est un gros plus, surtout quand on compte, comme nous, vivre à l’année dans notre véhicule. 

Mise à part sa taille et sa longueur, nous nous sommes dirigés vers ce modèle pour la qualité de la marque. Benimar offre un mobilier très résistant et facile d’entretien. L’intérieur est en polyester ce qui empêche les matériaux de pourrir s’il venait à y avoir des infiltrations. Et oui, ce petit détail a toute son importance. J’ai quelques angoisses au niveau des infiltrations d’eau et de l’humidité 😛 

Nous avons pris le Benimar Tessoro 481 avec le Pack Northautokapp. Ce pack comprend un moteur 170CV sur FORD, une boite automatique, le pack Delivery (caméra de recul, panneau solaire, rideaux REMIS et lumière extérieure LED) et le pack Winter (isolation maximale à tous les niveaux, couverture isotherme amovible pour cabine, chauffage Webasto). Nous voulions vraiment un camping-car adapté aux hivers suisses. Le pack Northautokapp est adapté aux pays nordiques.

Une vidéo Youtube suivra où je vous ferais découvrir l’intérieur et notre installation ! Soyez patients 😉

Pourquoi un neuf ?

Après avoir trouvé notre camping-car idéal, il nous a fallu peser le pour et le contre d’un véhicule neuf. Jusqu’à maintenant nous avons toujours eu des véhicules d’occasion. Mais cette fois-ci, nous avons opté pour un modèle neuf de 2020 ! Alors pourquoi un tel choix ?

Eh bien tout simplement pour un confort supplémentaire. Non pas du point de vue de l’aménagement intérieur, puisqu’un véhicule d’occasion peut offrir tout autant de confort matériel. Mais je parle ici de confort « mental » (je ne sais pas s’il y a un terme spécifique 😛 ). Ce que j’entends par là, c’est que lorsqu’on a un véhicule neuf, on est serein. Les soucis techniques ou d’isolation n’ont pas encore lieu d’être. Nous payons le prix, certes, mais pour quelques années d’excellent fonctionnement. Nos anciens camping-cars avaient tous des infiltrations d’eau et des champignons étaient apparus. Je ne voulais pas d’une maison sur roues où je devais constamment me demander si les joints allaient tenir lors de grosses pluies, ou si une fois sur la route, le moteur allait tenir la distance. 

Avec un camping-car neuf, nous nous assurons un confort que je ne voulais pas mettre de côté si c’était pour y vivre dedans à l’année. 

Nous avons pesé le pour et le contre, et opter pour ce choix que nous ne regrettons pas. Alors oui c’est moins trendy ou intragrammable un camping-car flambant neuf. L’esprit nomade-baroudeur à la mode n’est pas flagrant. Mais franchement, je préfère me sentir bien, sereine et à l’aise dans ma maison plutôt que de tout faire pour être la vanlifeuse à la mode. 

C’est un choix. Et c’est vrai que nous aurions pu prendre un véhicule d’occasion récent. Mais nous avons aussi regarder cet achat comme un investissement. Les camping-cars neufs actuellement perdent très peu de leur valeur au long terme. Nous avons donc pris en compte dans notre décision du prix et de la valeur de notre véhicule pour une éventuelle revente dans les prochaines années. 

Un achat en France

Pourquoi ?

Comme vous avez pu le lire dans le titre, nous avons acheté notre Benimar Tessoro 481 dans une concession en France. Bien entendu il existe des concessionnaires suisses revendant cette marque (bien qu’elle soit bien moins répandue que des marques comme Hymer, Chausson ou Pilote). Alors pourquoi parcourir plus de 900km pour cet achat ?

La réponse est simple. Pour le prix ! Nous avons décidé de l’acheter dans le nord de la France parce que le véhicule nous revenait nettement moins cher même avec les taxes pour le passage en Suisse. Nous avons comparé un bon nombre de concessions entre la Suisse et la France. Le verdict était sans appel !

Le 15 juin (enfin !), nous partions donc pour le nord de la France.

Administration et dédouanement 

Acheter à l’étranger n’est pas choisir la facilité. Les démarches administratives sont assez longues (dans notre cas, très longues). Dans un premier temps, il est nécessaire que le véhicule soit correctement homologué dans son pays et donc conforme aux nouvelles normes européennes pour pouvoir être vendu. Ensuite la concession doit réunir tout un tas de papiers à envoyer à la douane pour effectuer le dédouanement. 

Je dois vous avouer que je ne vais pas encore m’étendre sur le sujet puisque ce n’est pas moi qui est pris contact avec la douane et la concession. Cet article sera sans doute mis à jour lorsque j’aurais réuni les bonnes informations au niveau des étapes administratives.

Quoiqu’il en soit vous devez, pour dédouaner un véhicule, entrer en contact avec la douane (le transitaire) du pays où vous achetez le véhicule. Dans notre cas, nous avons appelé la douane française à Genève (Bardonnex) pour prévenir de notre passage à la frontière et effectuer les démarches qui permettent au véhicule d’entrer en Suisse sans problème. 

A la douane, nous avons dû signer quelques papiers et payer cash les taxes de dédouanement suisse et le transitaire français. 

Le retour en Suisse : assurance et immatriculation 

Lorsque nous sommes arrivés à la concession près de Lille, nous avons eu le droit à un tour complet avec explications du véhicule. Une fois les derniers papiers signés, nous sommes repartis au volant de notre nouvelle maison. Nous avions 9h de route pour rentrer en Suisse et passer à la douane.

Pour sa sortie de la concession, le camping-car est préalablement immatriculé de plaques françaises provisoires qui permettent de rentrer jusqu’à chez soi. Dans notre cas, elles nous ont également permises de rouler en Suisse. Il faut savoir que ces plaques – commençant par WW – sont provisoires dans le sens où elles offrent la possibilité de rouler 3 mois avec. Ce laps de temps permet d’effectuer les démarches d’immatriculation en Suisse et contracter une assurance. Pour nous, nous en sommes là. Nous attendons l’expertise pour passer à la suite et en conclure avec ces démarches. 

Lorsque vous importez un véhicule de l’étranger en Suisse, il est obligatoire de passer par le service des automobiles pour annoncer l’import, fournir les documents à l’immatriculation et procéder à la demande d’expertise. Il faut savoir que vous ne pourrez immatriculer votre véhicule en Suisse tant qu’il n’a pas passé l’expertise. Le service des automobiles souhaite voir et vérifier le véhicule afin qu’il soit conforme aux réglementations suisses. Une fois seulement l’expertise effectuée et approuvée, il vous sera possible d’assurer le véhicule. L’assurance veut en effet attendre qu’il soit expertisé pour faire le contrat. Une autre chose importante à savoir est que lorsque vous prenez votre véhicule à la concession, il n’est pas assuré. Les plaques d’immatriculation provisoires sont en rien une raison/preuve que le camping-car soit temporairement assuré. Il faut donc faire une assurance de quelques jours, le temps de ramener le véhicule chez vous.

Aménagement, rangement et appropriation

Nous sommes donc en attente d’expertiser le véhicule. Nous déménageons gentiment nos affaires dedans sans vraiment les ranger puisque le jour de l’expertise, le véhicule doit être vide et sans eau. Donc ça ne vaut pas la peine de ranger de manière impeccable si c’est pour devoir le vider dans une semaine.

Toutefois, nous avons vidé ma chambre, trié nos affaires et préparons notre installation imminente dedans avec le lapin ! Un autre saut dans l’inconnu puisqu’il faudra à notre lapine du temps pour s’habituer à un nouvel environnement et une autre routine.

Quoiqu’il en soit nous prendrons notre temps pour s’installer confortablement et prendre nos marques. Et nous aurons du temps pour le faire puisque nous serons sédentaire encore une bonne année. Je recommence en effet mes études pour une année. Après cela, normalement nous partirons sur les routes à temps plein avec notre beau camping-car !

Je vous dis à très bientôt, et n’hésitez pas si vous avez des questions ! 🙂

Pour suivre mes aventures en direct, c’est sur Instagram (@voyager_et_decouvrir) que ça se passe !

Sur Pinterest ? Epinglez ces images pour plus tard !

camping-car vanlife
camping-car vanlife
Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le :
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  • 10
    Partages

2 commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

"PREPARER UN VOYAGE" : Ebook gratuit pour apprendre à faire votre budget, votre sac à dos et toute l'administration