10 jours de yoga dans un ashram au népal
Népal

10 jours de yoga dans un ashram au Népal

Après notre trek de 10 jours dans l’Himalaya, nous sommes partis 3 jours dans la jungle du parc national de Chitwan pour marcher – encore – à la recherche d’animaux sauvages. Le mois d’octobre a donc été plutôt intense au niveau physique (surtout après le kung-fu en Chine, au mois de septembre). Les jambes se font sentir. Elles se renforcent de jour en jour, tout comme le mental qui, après autant d’intensité physique, a tout autant travaillé pour tenir la cadence

Mon compagnon devait rentrer après ça en Suisse, pour des raisons professionnelles. Je me suis donc retrouvée seule au Népal pour finir mon visa d’un mois (il ne restait que 10 jours). Et pour l’occasion, je me suis offerte une expérience qui allait me marquer et me reposer à la fois

Je suis allée dans un ashram, à quelques kilomètres de Katmandou, pour une retraite de yoga. Ce repos bien mérité m’a fait énormément de bien, c’est pourquoi, aujourd’hui j’avais envie de vous partager cette expérience en vidéo et en dans un article 🙂

Intéressés ? Alors je vous laisse me suivre dans ces souvenirs de 10 jours dans un ashram au Népal ! C’est parti ! 

Un ashram, c’est quoi ?

Avant de vous raconter ces 10 jours ici et dans la vidéo, je me permets d’expliquer ce qu’est un ashram, mais aussi ce que représente le yoga au Népal et en Inde. 

Définition et origines

Un ashram est un terme en sanskrit qui désigne traditionnellement un lieu isolé, une sorte d’ermitage, où un sage vit afin de rechercher le détachement de soi pour s’unir à Dieu, dans une paix et une solitude intérieure. 

Par la suite, ce terme ashram décrira aussi un lieu où un guru (au sens premier du terme : maître spirituel) propose une formation religieuse à ses élèves qui séjournent également sur place. 

C’est davantage dans ce sens que les ashrams sont désignés de nos jours – ou du moins qu’ils sont compris par les Occidentaux. 

Dans un ashram, il y a donc toujours une dimension spirituelle puisqu’elle est le fondement de l’enseignement quel qu’il soit. 

Un lieu de retraite de yoga

Dans l’ashram où j’ai séjourné 10 jours, le guru était en l’occurrence un yogi – maître de yoga. J’insiste sur le fait que guru n’est pas, au départ, un terme à la connotation négative

Nous y faisions donc principalement du yoga ainsi que de la méditation. 

Le yogi vivait avec sa famille dans cet ashram, donnait certains cours de yoga mais nous avions également deux autres professeurs

10 jours dans un ashram au Népal

Le yoga ; une philosophie et un mode de vie

Au delà de la simple pratique

Je suis donc allée dans cet ashram afin de faire du yoga et de la méditation. Mais il faut savoir que le yoga ne se résume pas seulement à la pratique telle qu’on la considère en Occident, c’est-à-dire comme un simple sport ou exercice physique. Le yoga est considéré au Népal et en Inde comme un véritable mode de vie où la spiritualité est le moteur de chaque action

Tout est pensé en termes de spiritualité : le but étant de « bien » vivre pour s’unir spirituellement à Dieu. Alors bien sûr, cet ashram était adapté aux étrangers venus de partout. Mais je l’ai trouvé très sincère. Enfin je veux dire que le yogi faisait vivre son ashram avec une passion et une envie de transmettre très sincère, détendue et avec une gentillesse typique népalaise 😀 Il partageait ce qu’il avait envie de partager et nous prenions ce que nous avions envie de prendre. 

Du coup, en dehors de la pratique du yoga en tant qu’exercice physique, nous avions des cours de philosophie du yoga où nous pouvions comprendre tout ce qui entoure cette pratique, toute la spiritualité qui en est la base. 

Le but de tout cela est de nous faire comprendre l’intention derrière la pratique. 

Et cette intention se trouve être principalement le travail de la respiration afin de se purifier – si je me souviens bien et surtout si je m’explique. Cette purification par la respiration est recherchée pour parvenir à maîtriser l’esprit. Tout ceci dans l’objectif de s’unir à Dieu et de stopper les cycles de réincarnation. 

Cette pratique passe donc par tous les aspects du quotidien, que ce soit dans les repas (nourriture saine, variée et végétarienne), dans la vie en communauté (collaboration, aide, etc.), dans la méditation et dans les soins du corps (dont fait notamment partie le yoga, entre autres). 

Enfin voilà en gros (très gros !) ce qui est entendu dans le terme de yoga. Je sais que normalement c’est bien plus complexe (et je le remarque chaque fois que je relis mes notes des cours de philosophie du yoga). Mais j’ai essayé de résumer et de vous faire comprendre que le yoga tel qu’il est pratiqué au Népal est un véritable mode de vie tourné vers une belle spiritualité.

Une journée-type dans le ashram

Les journées dans l’ashram étaient paisiblement rythmées, se ressemblaient beaucoup mais elles étaient vraiment agréables. C’était vraiment idéal et c’était tout ce dont j’avais besoin.

Je ne me souviens plus des heures exactes de chaque activité mais vous aurez un aperçu d’une journée-type dans un ashram pour une retraite de yoga. 

Le matin, le début de la journée commençait vers 6h30 par le nettoyage du nez. Le Jala Neti est un terme sanskrit qui se traduit par « nettoyage du nez par l’eau » où l’on utilise une lota (photo ci-dessous) remplie d’eau tiède salée. Cette pratique consiste à faire passer l’eau d’une narine à l’autre en la faisant simplement couler. Une fois fini avec une narine, on pratique la même chose avec l’autre. 

Une Lota pour la pratique du Jala Neti

Ce nettoyage est principalement utile pour la pratique du Pranayama (exercices yogiques de respiration). 

Nous faisions donc le Jala Neti chaque matin avant de se rendre au yoga à 7h où l’on pratiquait justement le Pranayama puis on enchaine par du Hatha Yoga, Vinyasa Yoga ou autre

A 9h, le petit déjeuner était servi.

Ensuite venait le temps du Karma Yoga, qui concrètement se résume à du yoga de l’action. Globalement il s’agit d’atteindre la libération dans l’action désintéressée. Dans l’ashram, cela se traduisait par des actions participatives dans la vie en communauté : aider à la cuisine, nettoyer les extérieurs ou les chambres, etc. 

Vers 12h, le yogi donnait son cours de philosophie du yoga. Puis nous prenions le repas. 

Nous avions, l’après-midi, l’occasion d’aller nous promener en groupe ou seul, dans la campagne environnante ou au village. C’était une douce petite balade d’une demi-heure ou une heure. Parce qu’à 15h30, il y avait le Yoga Nidra. Eh oui ! Encore une autre sorte de yoga. Je ne vous avais pas menti : en Occident, nous ne connaissons pas un dixième de ce qu’est réellement le yoga. 

Le Yoga Nidra signifie en sanskrit « sommeil lucide ». Vous allez très vite comprendre pourquoi. Ce yoga consiste en une pratique de relaxation couchée, basée sur des exercices de rotations de l’esprit dans le corps et de visualisations. On s’allonge, on écoute un enregistrement et on laisse notre esprit faire ce qui est dit. La principale difficulté est de ne pas s’endormir. Je vous garantis ce n’est pas si simple 😉 

Le repas était pris vers 19h. Nous allions ensuite à la méditation à 20h. On se couchait reposé et serein pour recommencer le lendemain. 

Mon expérience : le bilan 

Pour être tout à fait objective, je dois vous dire que c’était une expérience que j’ai hâte de réitérer ! J’ai vraiment tout aimé : rencontrer une nouvelle culture/tradition, découvrir la vie dans un ashram et parler avec des personnes qui dévouent leur vie au yoga, pratiquer du yoga et de la méditation quotidiennement. 

Je ne saurais pas vous trouver de points négatifs. Ah oui, peut-être les araignées dans les douches… Et encore en y repensant ce n’était rien par rapport à l’Australie… 😛 

Enfin bref, vous aurez compris que c’était une belle expérience, une belle découverte, qui méritait d’être partagée. 

Informations pratiques

Je vous donne donc ici les informations pratiques relatives à l’ashram dans lequel j’étais. 

L’ashram s’appelle Vedic Arogya Ashram, et se situe dans le village de Toukhel, à Lalitpur. C’est comme je vous l’ai dit à quelques kilomètres de Katmandou. Il est tenu par Bhakta, un adorable Népalais qui y vit avec sa famille. Les cours de yoga sont donnés par lui-même, un autre yogi ou un professeur « étranger » (quand j’y étais, c’était une Belge géniale et avec qui j’ai énormément appris). 

Vous retrouvez tous les horaires et les « formules » de séjour sur le site : cliquez ici pour accéder au site.

Les prix sont extrêmement corrects : 180$ (dollars américains) pour 8 jours de yoga « simple » (c’est-à-dire sans formation ayurvédique ou de reiki, ou sans détox). Vous pouvez demander une chambre individuelle mais sinon vous serez dans un petit dortoir de 4 à 6 lits

N’oubliez pas d’épingler cette image sur Pinterest :

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le :
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  • 4
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

"PREPARER UN VOYAGE" : Ebook gratuit pour apprendre à faire votre budget, votre sac à dos et toute l'administration